Société

Gilles Laporte, ouvrier des lettres

Agrandir le texte Diminuer le texte Envoyer l'article par e-mail Imprimer l'article Télécharger l'article
Tricoteur de mots, sculpteur de la langue, conteur d’histoires, Gilles Laporte écrit pour défendre l’Ecole, la Femme, la Fraternité républicaine dans une société responsable et harmonieuse… 
 
Gilles Laporte a toujours écrit : poèmes, nouvelles, romans ont nourri son quotidien depuis l’enfance. « J’ai toujours eu une vraie passion pour les mots, confie-t-il. J’ai eu la chance d’avoir une maîtresse d’école qui m’a invité à partager son amour de la langue. » Pour prix de lecture en cours élémentaire, il reçut le Don Quichotte. Une révélation ! Second épisode déterminant : au décès de sa grand-mère, un oncle a brûlé les livres qu’elle possédait. « À l’époque, en milieu ouvrier, lire était considéré comme une occupation de fainéant… Lorsque j’ai vu ces livres partir en fumée, j’ai juré que j’écrirai, plus tard, pour les remplacer… ». Ce qu’il fait tous les jours. « J’écris des romans historiques ou des biographies. Car je peux y associer passion de l’Histoire et plaisir de mettre mes personnages en situation. J’ai un intérêt particulier pour le XIXe et le XXe siècle, où les mouvements sociaux ouvriers et la volonté d’émancipation des femmes sont à l’origine de nombreux acquis. Les histoires que je raconte sont porteuses de belles réussites et de la vision généreuse qu’avaient nos anciens pour notre société. »
 

Racines

Car si Gilles Laporte s’inspire du monde ouvrier, c’est qu’il y puise ses racines. « Mes parents travaillaient dans une filature des Vosges. J’ai toujours voulu partager la vie des humbles, de celles et ceux qui sont l’origine de toute vie économique et sociale. Enseignant, responsable des ressources humaines dans l’industrie puis l’agriculture, j’ai tenu les postes de travail, effectué les tâches des salariés pour bien comprendre leur quotidien : commerciaux, ouvriers, paysans... Je suis aussi un ardent défenseur de la cause des femmes qui occupent la place centrale dans tous mes livres. »
Sa passion pour la création littéraire, Gilles Laporte la partage sous forme de conférences, interventions en milieu scolaire, rencontres en médiathèques ou Universités du temps libre. « Mon intention d’auteur : ensemble, citoyens fraternels et responsables... vivons debout ! »
 

Un parfum de fleur d’oranger ((Presses de la Cité 09/2017)

1883. Issu d’une famille italienne, Valturno doit quitter son pays. Tailleur de pierre, il s’installe dans la région de Lunéville où il épouse la Malou, jeune femme au veuvage mystérieux. Ensemble, ils partagent l’amour et l’esprit d’entreprise et offrent les fruits de leur éclatante réussite à leurs ouvriers. Mais un jour, l’Italie s’infiltre dans leur vie. Puis naît le Front populaire. Puis surgit l’Algérie : Mostaganem, et le souvenir d’un premier mariage...
 
Dans toutes les librairies et depuis peu chez France Loisirs.
 
 

 

Sur le même thème :

À lire dans Votre Caisse :